Kung Fu Wu Shu

Le terme KUNG FU est introduit en Occident dans les années 70 pour désigner les films d’arts martiaux chinois. La sonorité occidentalisée Kung Fu vient du chinois (功夫 : Gong Fu) et signifie en réalité « avoir de grande capacité ou maîtrise » dans un art quel qu’il soit.

 

WU SHU (武术) en chinois signifie « Arts Martiaux » et englobe donc la multitude de styles internes et externes existants.

 

Les origines du WU SHU remontent à la préhistoire, quand les ancêtres utilisaient la pierre et le bois pour chasser, à la fois pour survivre et pour se défendre contre les animaux féroces et les serpents venimeux. Dans les conflits tribaux, ils se servaient de leurs outils de production comme des armes de guerre. L’expérience de la guerre leur a appris que pour dominer son adversaire, il ne suffit pas d’avoir de bonnes armes, il faut aussi être en bonne condition physique et améliorer ses techniques de combat par un entraînement intensif en temps de paix.

 

On constate les débuts d’une véritable évolution pendant la dynastie Zhou (– 256 BC). Une sorte de lutte appelée jiao li est alors considérée comme un sport militaire au même titre que le tir à l’arc et les courses de chars.

 

Evolution des arts martiaux traditionnels vers les pratiques modernes

 

Dans la Tradition des arts martiaux, le style, créé par un maître,  portant souvent la dénomination de boxe (Quan), était développé sur la base de mouvements d'attaque et de défense, provenant des arts de la guerre.

 

Les styles comportent la plupart du temps des formes, les TAO LU (série de mouvements décrivant des techniques d’attaque et de défense) à mains nues ou avec armes et leur applications martiales permettant de s'exercer au combat.

 

Les formes ont pour vocation de parfaire la gestuelle et la condition physique de manière individuelle développant ainsi la précision en combat.

 

En 1953, suite à des démonstrations d’arts martiaux lors de la première édition des jeux nationaux chinois, le gouvernement communiste se rendit compte de l’influence des maîtres et de l’impact du WU SHU sur le peuple. Un certain nombre de maîtres furent emprisonnés, d’autres s’exilèrent à Taiwan ou Hong Kong...).

Un comité pour la réforme du WU SHU fût créé, de nouvelles disciplines plus sportives virent le jour. 

 

Les arts martiaux chinois ont ainsi évolué vers une boxe de combat sportif, le SAN DA et vers des boxes de démonstration, les TAO LU en mains nues et avec armes.

 

Ces nouvelles disciplines sont des sports de compétition, avec des règles bien précises, orientées vers la performance, c’est pourquoi elles sont qualifiées de «MODERNE ». 

 

En 1990 à Pékin, la fédération internationale de WU SHU fut établie dans le but de promouvoir ces disciplines à travers le monde. Les premiers championnats du monde se déroulèrent en 1990.

 

Les TAO LU et le SAN DA ont lieu en parallèle pour que le public puisse apprécier à la fois la fluidité et l’esthétisme des formes ainsi que la force et le réalisme du combat.

 

Les arts martiaux traditionnels existent toujours et se diffusent de manière plus locale. Les boxes modernes sont très médiatisées via les compétitions nationales et internationales et sont à fortiori plus populaires.

Article du blog dans le lien ci dessous: