Introduction à la Self Défense

Pour la petite histoire…

 

Les arts martiaux proviennent des arts de la guerre dans les contextes historiques d’invasions territoriales, avant l’avènement des armes à feu. En Asie les arts martiaux étaient transmis aux soldats de l’armée pour se préparer à la guerre, ou dans des « écoles », de maitres à disciples. Ces arts étaient enseignés au travers d’enchainements de mouvements réalisés avec des armes (épée lance…) ou à mains nues.

Le contexte actuel de notre civilisation, l’état de paix, la mise en scène des arts martiaux au cinéma et la médiatisation des compétitions a transformé ces pratiques martiales en :

 

  • Sport de combat dont le but est d’apprendre à se battre, pour la compétition ou le maintien de la forme.
  • Sport de démonstration visant la performance physique et le spectacle.
  • Méthode de self défense dont le but est de faire face à une agression physique.

 

Les pratiques d’arts martiaux traditionnels existent toujours, elles sont simplement moins médiatisées et touchent plus souvent les passionnés que le grand public.

 

La self défense

 

Méthode de préparation psychologique et d’apprentissage de techniques de combat, visant à faire face à une situation de conflit avec autrui ou d’agression, afin de défendre son intégrité physique et morale, dans un environnement de paix sociale (différent de l’état de guerre)

Il existe beaucoup de dénominations s’appliquant aux méthodes de self défense. Krav Maga, Boxe de Rue, Rapid Défense, Karaté défense…ces appellations n’ont pas réellement d’importance. Ce sont des approches différentes qui visent le même objectif.

 

Objectif de la self défense

 

Apprendre à faire face à la violence verbale et ou physique pour y répondre de manière adéquate.

Les critères pour atteindre cet objectif sont :

  1. Comprendre les enjeux psychologiques.
  2. Développer des qualités physiques nécessaires au combat.
  3. Apprendre des techniques de combat simples. 

Comprendre les enjeux psychologiques

 

Les termes prédateur et proie sont souvent utilisés pour illustrer le fait que l’agresseur choisit, selon certains critères, qui il va attaquer. A l’exception des personnes atteintes de problèmes psychiatriques ou des personnes sous stupéfiants, un agresseur choisit sa proie, de manière consciente ou inconsciente, en fonction du gabarit, d’une attitude peu alerte, d’une démarche peu confiante…

 

L’élément le plus important est la vigilance. Être alerte et avoir une bonne tenue de corps peut vous permettre d’éviter une agression. Par exemple, le soir j’évite les endroits sombres, peu fréquenté ou je redouble de vigilance. Si une personne me semble louche et arrive en face de moi je change de trottoir en gardant une attitude normale. La vigilance permet d’anticiper et selon la situation d’éviter complètement le conflit.

 

La confiance en soi est inhérente à chacun, elle s’est construite depuis l’enfance. Vis-à-vis de la self-défense, les progrès durant les mises en situation à l’entrainement et la capacité à encaisser des coups renforceront les aptitudes au combat et donc la confiance en soi.

 

Se retrouver dans une situation de conflit avec autrui n’implique pas systématique une agression physique. Face à une personne agressive verbalement la communication non violente (négociation) est la solution intelligente pour faire redescendre le stress.

 

Gardons à l’esprit que, dans une situation d’agression, tout le monde ressent de la peur. C’est une réaction naturelle. Il n’y a aucune honte à avoir peur, c’est une émotion qui fait partie de notre instinct de survie.  Pour les personnes ayant des peurs trop ancrées, un travail psychologique est nécessaire, ce qui sort du champ de compétence de l’instructeur de self défense.

 

Dans une situation d’agression, pour des raisons physiologiques et psychologique, le stress peut générer 3 types de réactions.

 

Fight : Combattre en situation d’agression physique nécessite pour la plupart d’entre nous l’apprentissage d’un art martial, sport de combat ou méthode de self défense.

 

Flight : Fuir est une réponse naturelle qui se fait suite à une évaluation dans l’urgence de la situation. Je peux difficilement faire face à un ou plusieurs agresseurs plus fort que moi, donc je prends la fuite.

 

Freeze : Ce que nous cherchons à éviter, grâce à l’entrainement aux combats et à la préparation cognitive, est de se retrouver en état de sidération, inhibant la capacité à fuir ou combattre.

 

L'effet de surprise ou la simple violence peut déclencher un phénomène de sidération engendrant une impuissance à répondre à l'agression. L’information de stress que reçoit le cerveau lors d’une agression peut engendrer un survoltage neuronal (compteur électrique qui disjoncte) nous incapacitant à réagir.

 

L’autre aspect qui peut inhiber notre capacité à nous défendre est les conventions sociales. Pour être capable de combattre lors d’une agression il faut accepter l’aspect violent de l’acte, le fait de donner et recevoir des coups et donc de porter atteinte à son intégrité physique et à celle d’autrui.

Si votre vie est en jeu et que vous êtes capable de vous défendre, que devez-vous faire ? Nous prenons souvent cela à la légère, l’idée de la violence peut bloquer notre réponse car elle a des conséquences sur notre psyché.

Il est nécessaire d’y réfléchir même sans avoir jamais subi d’agression. Est-ce que je laisse libre court à mon instinct « guerrier » pour sauver ma peau, si oui, mes techniques de combat vont être utiles mais je garde à l’esprit l’importance de ne pas répondre de manière démesurée pour ne pas me retrouver face à la justice. (Exception face aux agressions avec armes)

 

Développer des qualités physiques nécessaires au combat

 

L’entrainement au combat doit avant tout se reposer sur des exercices qui favorisent le développement des capacités cardiovasculaires et de l’élasticité/rapidité/force musculaire.  

Avoir une bonne condition physique permet de se préparer à gérer le stress, d’être plus détendu, confiant, serein. Je connais mes capacités physiques donc je sais ce que je peux faire ou ne pas faire.

Dans une situation de stress, notre acuité sensorielle est altérée afin que la réponse soit faite en urgence. Le champ visuel et la motricité fine (précision des gestes) peuvent être réduit de manière considérable.

 

Apprendre des techniques de combat simples

 

Afin d’être capable de les restituer lors des mises en situation, les techniques de combat doivent rester simple. Plus les techniques sont complexes, par exemple un étranglement ou une clé de bras, moins elles sont applicables en situation de stress.

Il est important de préciser que les méthodes de self défense grand public s’adresse à des civils ne faisant pas face à la violence dans leur quotidien. Elles sont à distinguer des méthodes d’interventions (militaire, policière, sécurité…) pour les professionnels nécessitant un entrainement physique beaucoup plus intense et comprenant un panel de techniques plus large.

 

En conclusion, la réponse émotionnelle à un stress étant très complexe à maîtriser. La VIGILANCE est la priorité dans la majorité des cas.

En situation de conflit, dans un premier temps, je garde mon sang froid et je négocie. Face à une agression physique, une bonne condition physique et la maitrise de techniques de combat simples et intuitives sont requises. 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0