Taichi, les bienfaits d'une pratique Martiale sur la santé!

TAI JI QUAN, qui signifie "boxe du faîte suprême", est un art martial chinois dit « interne », s'inspirant de la philosophie taoïste, une gymnastique de santé, et une voie spirituelle. Cet art plus communément appelé Taichi en Occident emprunte son nom au symbole du Yin Yang appelé Tai Ji Tu en mandarin.

 

Prenant ses racines dans les styles de combat anciens, il est aussi appelé l’art de longévité et est considéré de nos jours avec le Qi Gong comme un élément de la médecine traditionnelle chinoise.

 

La particularité du Taichi est la lenteur de sa gestuelle, effectuer les mouvements avec conscience et de manière détendue. S’exercer lentement a également pour but de s’approprier des sensations que les chinois appellent Song et Peng.

 

Les chinois utilisent le mot Peng pour décrire la Force nous permettant de lutter naturellement contre la gravité. Dans la pratique on cherche la sensation d’étirer sa structure ostéoarticulaire de l’intérieur vers l’extérieur. L’auto-agrandissement de la colonne vertébrale aura pour effet de réduire les courbures lombaire, dorsale et cervicale, libérant ainsi de nombreuses tensions dans le corps, notamment liées aux problèmes de sédentarité.

 

Le terme Song quant à lui, défini l’action de relâcher sa masse musculaire. Ces deux principes opposés sont difficiles à appliquer parallèlement et reflètent l’aspect Yin Yang du Taichi.

 

La pratique nous amène à chercher l’association de ces deux principes : on apprend à être Song tout en maintenant Peng ou inversement.

 

Pour intégrer ces sensations, il est nécessaire de répéter de façon régulière des mouvements lents. Cet apprentissage s’effectue par la répétition d’exercices fondamentaux appelés Song Gong, Chan Si… 

  

Ces sensations aident à mieux faire circuler le sang dans le corps et à développer les facultés de concentration grâce aux points de focalisation des différents exercices.

 

Progressivement, la conscience de soi s’affine. Les tensions dans le corps se délient, la masse musculaire se détend et s’épaissit légèrement via le réseau des fascias, la structure ostéoarticulaire s’agrandit et retrouve un alignement naturel.

 

Le réseau des fascias est le système tissulaire de glissement, de maintien et de mobilité de toute la structure corporelle. C'est la fine couche blanchâtre qui recouvre les organes, os, ligaments, tendons et muscles, les relient les uns aux autres pour former l'ensemble du corps humain.

 

Tout type d'activité relaxante a pour effet d'activer le système nerveux parasympathique et de faire descendre le niveau de stress durant et quelques temps après les exercices. L’idéal étant d’avoir une petite routine de mouvements relaxants et de pratiquer au minimum 20 minutes par jour.

 

Le système nerveux parasympathique a pour rôle de ralentir le rythme cardiaque et l'activité respiratoire. Il fait baisser la tension artérielle et stimule la digestion en augmentant les secrétions salivaires, gastriques et intestinales.

 

Au-delà des effets physiologiques de la relaxation, la pratique du Taichi, étant donné ses racines martiales, accroît fortement la stabilité, la mobilité/souplesse ligamentaire et le tonus musculaire.

 

Pratiquer le Taichi vise à détendre le corps et, de manière plus subtile, aide à détacher l'esprit des informations stressantes que l'on reçoit au quotidien.

 

Un corps souple et détendu s'adapte facilement à une contrainte, ce qui est transposable à un état d’esprit. Le pratiquant qui cherche, avec sérieux, l'harmonie entre le corps et l'esprit, acquiert une grande vitalité.

 

Bonne pratique à tous !

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0