Apprendre à se défendre, ce qu'il faut savoir avant de commencer!

Lorsque l'on débute la pratique d'un art martial, sport de combat ou méthode de self défense, l’apprentissage passe inévitablement par la répétition de gestes basiques, des centaines et des centaines de fois. Le corps et l'esprit du pratiquant doivent intégrer une gestuelle et une coordination qui ne lui sont généralement pas familière.

 

A force de persévérance, le pratiquant acquiert un bagage technique, qui en théorie lui permettra de faire face à une situation d’agression verbale et/ou physique.

 

Les éléments importants à prendre en compte, au-delà de la myriade de styles et de techniques de combat existants, sont la condition physique et mentale de l’individu.

 

Il est bien de garder à l’esprit que dans une situation de combat de rue, la première problématique est que l'on peut aisément se retrouver face à plus grand, plus lourd et souvent plus fort que soi.

 

L’élément primordial qui pourra faciliter la mise en pratique des techniques apprises à l’entrainement est la Préparation Physique. L’entrainement au combat doit avant tout reposer sur des exercices qui favorisent le développement des capacités cardiovasculaires et de l’élasticité/rapidité/force musculaire.

 

La répétition de techniques de combat exécutée seul (tao, kata, poumsé…) ou avec un partenaire, aidera à une bonne coordination et accentuera la précision du geste. En revanche, cela ne suffira pas à l’exécution d’une technique de combat dans la situation d’un stress inhabituel (hors du cadre de l’entrainement).

 

L’élément secondaire, bien plus complexe à prendre en charge dans la pratique est la préparation mentale. Rien ni personne ne peut vous permettre de ressentir, à la salle d’entrainement, ce qui se passe dans une situation de conflit ou d’agression dans la vie de tous les jours. Le corps se forge à l’entrainement mais la réponse émotionnelle à un stress est très complexe à maîtriser.

 

Toutefois, il est possible de se préparer à gérer le stress, d’être plus détendu, confiant, serein et cela, dans un premier temps via une bonne préparation physique. Il incombe ensuite à chaque enseignant de proposer des mises en situation qui retranscrivent le mieux possible à l’entrainement les conditions d’un combat de rue!

 

Quoi qu'il en soit il est peu probable qu’après 6 mois d'entrainement vous soyez capable de réellement vous défendre, c'est généralement un travail de longue haleine ou souvent la pratique devient une passion qui va bien au-delà du fait d'apprendre à se battre.

 

Lorsque que l'on s'implique dans un art de combat, il est important de prêter attention à l'alignement de sa structure corporelle. Les effets bénéfiques de l'activité physique peuvent être réduits ou perdus par la répétition de mouvements mal exécutés sur le plan biomécanique. Par exemple un mauvais placement du pied par rapport au genou et à la hanche va favoriser une usure articulaire à ces endroits.

 

Le néophyte qui souhaite apprendre à se défendre doit se dire que l’entrainement, quel que soit le style pratiqué, doit bien s’équilibrer entre préparation physique intense, techniques de combat cohérentes et mises en situation variées pour lui permettre de sortir de sa zone de confort. Les gestes techniques vont se délier et devenir plus naturels à force de répétition mais surtout grâce à la fatigue musculaire.

 

Bonne pratique à tous.

Écrire commentaire

Commentaires: 0